Est ce qu'un paysan peut parler de la violence qui sévit aujourd'hui en France? On pourrait penser que c'est le dernier concerné ! Et bien non, même dans ma cour de ferme, cette actualité me rattrape.

Week end famille, culturel en plus ( Il n'y a pas que les plantes à cultiver !), nous avions décider de ne pas regarder la télé cette fin de semaine. Les centres d'intéret changent sans infos . Donc, nous avons eu la chance d'aller à Lyon voir le concert de Nigel Kennedy, en famille s'il vous plaît, mais j'y reviendrai un autre jour... Vers minuit, nous avons pris le métro, sans soucis de sécurité et sommes rentrés à la Part Dieu sans nous poser de question... Mon ainée, 23 ans, est même rentrée chez elle sans que nous l'accompagnions... Bref, des ruraux heureux en ville , inconscients ?

Idem hier, dimanche, on profite de notre "séjour" en ville pour se balader. Tout va bien !

Et bien, chasser l'actu, elle vous rattrape: vers 20 heures,appel catastrophé de mon ainée: "dis donc on parle de X...sur TF1 !" ( X..., une petite ville à 15 kms de la ferme). Là, évidement cela change tout, et nous voici brutalement au coeur de l'actualité. Aurait on quitté le calme lyonnais pour se plonger dans le chaos dans ma région préférée ?

N'allez pas croire que ces propos soient simplement ironiques, le sujet est trop grave. Sauf quand on est coupé de linformation.

D'abord, quand on découpe notre société en compartiments, les bons et les mauvais, les bleus et les rouges, ... Désolés messieurs les sociologues et démagos, mais nous sommes tous inter-dépendants. Ma femme travaille à 200 m d'un parking où des voitures ont été calcinées, ma filleule loge à 300 m de l'endroit où un camion a brûlé,  la femme d'un copain travaille dans l'entreprise dont le dépot a été détruit cette nuit par incendie....Mon fils va dans un collège à 10 kms; connu pour des problèmes "relationnels" ( pour rester politiquement correct...)Au fait, quand il est mal dans sa peau comme il le montre depuis quelques semaines, est ce qu'il y a un lien ? Tout parent responsable se pose des questions... École, lieu d'épanouissement ????

Qu"est ce qui crée le climat d'insécurité ? Sa perception réelle, et là , je plains très sincérement les gens dont les voitures brûlent, ceux qui ont été agréssé par le caillassage de leur bus , les gens dont l'outil de travail a brûlé ou les policiers en première ligne... Ou la représentation collective que l'on s'en fait parce que cela se passe dans un endroit que l'on connaît ? Je n'avais pas peur à Lyon car j'ignorai l'actualité, je serai prudent mercredi en allant à X...faire les courses avec ma femme !

Quel est le rôle des médias dans tout cela ? On interroge n'importe qui ! Tout le monde a sa version et sa solution. On montre des images d'agression d'un bus... Cette séquence en particulier,  me pose problème :
Comment un mec peut filmer avec son camescope au milieu des jeunes sans que ceux ci ne l'agressent ?
Est ce qu'il a vendu son film ?
Est ce qu'en le diffusant, on a pas tout simplement donné le mode d'emploi pour d'autres agressions?
N'est ce pas un moyen de reconnaissance médiatique ?

Autre question préoccupante, que représentent aujourd'hui les élus politiques ? Le maire de X.. interrogé fait part de son indignation et condamne les actes commis dans sa ville .( on n'en attends pas moins) Mais il souligne "  elle ne revêt cependant pas le caractère émeutier qui s'est déclaré à Y... à 40 kms" (Le maire d'Y...n'est pas du même bord politique) et ajoute : «tout le travail entrepris par les acteurs de terrain est compromis par la politique du gouvernement qui avait fait de la sécurité un engagement de campagne électorale. En la matière, et comme dans d'autres domaines, c'est un échec total qui porte par la même atteinte à la cohésion du pays». Je cite car je ne veux pas trahir. Voici comment je traduis : moi, je n'y suis pour rien, j'ai fais mon boulot ! Mais comme il y a quand même un problème et que cela me gêne, je vais dire que chez les voisins d'en face c'est encore pire! Et puis , comme je suis dans l'opposition, c'est pratique, c'est la faute du gouvernement...je me lave les mains ! quel est le sens des responsabilités chez nos responsables politiques ? Ceux d'en face ne font pas mieux en invocant 40 ans de laissez aller !
Au fait, le gouvernement !!! Qui a pû croire un instant que le président de la république aurait autorité sur les jeunes ? Attendez, il semble me souvenir qu'au premier tour des présidentielles...18%...19%...
Et le référundum, 50 % des français ne votent pas, le non l'emporte ce qui veut dire que moins du quart des français ...et on nomme un gouvernement ou après le jeu de chaises musicales, aux postes importants il y a  3 changements.... Je passe sur la guerre entre le premier et le second du gouvernement... On voit ces jours ci !

Vous trouvez tout cela raisonnable pour gèrer une crise de cette importance ?

Comme toujours, fier comme le coq sur son tas de fumier, nous trouvons excessives les prises de position à l'étranger lorsque sont employés les mots d'"émeutes" ou de "guerre civile". Vengeance de la guerre en Irak! Quand plusieurs milliers de voitures sont détruites, quand on caillasse des bus pleins, quand les écoles brûlent et quand les outils de travail sont anéantis... Ce ne sont pas des émeutes? Quand des policiers essuient des tirs, est on loin de la guerre civile ? Quelqu'un a dit que le français était comme le coq, le seul oiseau qui continu de chanter  les 2 pieds dans la M....,

Vous l'avez compris, même dans ma cour de ferme, je suis inquiet car les fondements de notre société sont en jeu ! Comme vous, je n'ai pas de solution. Juste une remarque ou plutôt une histoire!

Il y a 30 ans, nous faisions les foins en petites bottes. 7 à 8 kg la botte, il fallait la charger sur une remorque dans le champ pour les amener au pied des bâtiments pour être dechargée et être empilée sur des greniers, le tout au moment les plus chauds de journées d'été... Il fallait 12000 bottes de foin et 3000 bottes de paille sur la ferme. Une sacrée corvée, à raison de 1200 bottes par jour de beau temps, à 4, cela durait la moitié de l'été ! d'autant que les jours de pluies, le chantier se décalait et qu'il fallait toujours être prêt pour le beau temps! Je n'ai aucune nostalgie contrairement à certains de cette époque car j'ai assez donné! Vive les grosses bottes où tout est mécanisé. Il n'empêche, il fallait des bras et ceux de la ferme ne suffisaient pas... Les jeunes du village participaient tous à ces travaux, dans la bonne humeur pour ne pas les décourager. A l'époque, à 23 heures , le village était calme sauf le samedi de bal... Et oui, une journée au soleil, "ça coque" comme disaient les anciens! Et croyez vous qu'il serait venu à l'idée de l'un d'entre eux de mettre le feu à la grange ? Ils savaient ce que cela représentait!

Alors? pas question de revenir en arrière ni de jouer les donneurs de leçon. Je vous cite cela car un gendarme me faisait remarquer il y a quelques temps que les jeunes du village traînaient l'été jusqu'à point d'heure ... Rapport à quelques exactions commises à ce moment là sur la voie publique ?
Si aujourd'hui des jeunes brûlent des écoles et si ils ne sont pas manipulés par des terroristes, notre société  doit se poser les questions essentieles :

  • Que représente le travail et ce qu'il apporte?
  • Est ce que oisiveté et désoeuvrement peuvent être un projet de vie ?
  • On manque de maçons, de serveurs... Notre société incite t'elle vraiment au travail?

Je pense que l'état ne doit pas être toujours providentiel , et oui, c'est un paysan qui dit cela ! Le travail doit retrouver sa vraie place et il n'y a pas besoin que de cols blancs... Or, la reconnaissance réclamée par certains ne peut venir que du travail, de tout travail sans hiérarchie...

Vous verrez, la réponse des énarques ce soir,au travers du premier ministre: ce sera fermeté et des moyens budgétaires. Ils ne savent pas proposer autre chose, alors que la réponse aux jeunes devrait être " on a besoin de vous et vous aurez votre place en fonction de vos compétences." Il me parait illusoire de croire qu'une société puisse acheter la paix civile en faisant de ses citoyens des assistés permanents.

Je vois bien ce que cela donne chez nous , éleveurs !