J'ai déjeuné, il y a un mois, avec des éleveurs sud coréens qui visitaient la France. Ils sont venus en car puisqu'ils tombés au milieu de la grève SNCF. Ils m'ont dit regretter de ne pouvoir monter dans le TGV ( Ils nous en ont acheté un!). Par contre, je suis certain que la découverte des paysages au rythme d'un bus leur a été plus profitable...

Ils étaient une trentaine et il n'y avait qu'un seul interprète ! La barrière de la langue... Je regrette vraiment de ne pas pratiquer l'anglais.... Mais à mon âge, il est sans doute trop tard. Il faut dire qu'en voyage, Mme PH assure avec tellement de brio que je peux me reposer tranquille...

J'ai retenu 4 choses de cette rencontre :

==> L'élevage en Corée n'est pas très important. Par contre, le jeu des protections aux frontières les confortent et les protègent. Ils n'ont pas été très disert sur le sujet, ils n'ont pas de subventions mais vendent leurs animaux 3 fois plus chers que nous ! Simple si l'OMC n'y touche pas, le système semble efficace.

==> Les collègues ( Quelle représentativité ?) que nous avons rencontré sont plutôt riches. Pas seulement par le prix de leur produit mais également par les opérations foncières. Ce dragon de l'asie du sud-est a connu un développement spectaculaire il y a 2 décennies. Des usines  se sont ouvertes partout... Les villes se sont étendues et il semble que l'utilisation de la terre ait changé de nature. Comme ici en périphérie des villes, la spéculation foncière a servi les paysans qui avaient la chance d'être propriétaires... Ce train là ne passe qu'une fois , il est vrai, mais quand il passe...

==> Ce manque de place ou d'espace, le climat et les sols les obligent à élever leurs animaux dans des bâtiments... Quand on a parlé race avec l'espoir d'amorcer un intérêt pour notre charolaise, ils nous ont rapidement dit qu'ils avaient essayé mais que nos animaux sont trop lourds pour les litières et qu'ils sont revenus à des races locales très légères... Pas ou peu de céréales ( à part le riz sans doute ) donc pas de paille ... Pas de prairies...

==> Ils voyagent beaucoup et sont restés admiratifs devant nos paysages ! Les haies étaient broyées, les animaux étaient encore dehors... Ils n'avaient de cesse de regarder et de prendre en photo. Nous, on est tellement habitué que nous ne faisons plus attention. Ils nous ont dit faire 2 voyages comme cela par an et que c'était la première fois qu'ils voyaient un paysage aussi entretenu et harmonieux que cela. A tel point qu'ils nous ont demandé si nous étions payés pour l'entretenir de la sorte ! Payés ? Par qui ? Il y a bien une petite subvention, il est vrai mais qui ne couvre pas ... Non, ici c'est comme cela , c'est la fierté de paysan de garder et d'entretenir les haies...

paysage

Les voyages forment la jeunesse et remettent les choses en ordre ! Déjà , en Californie, Mme PH au terme d'une visite dont je vous parlerai peut être un jour, s'était écriée dans le car devant mes pairs : " Finalement chez PH ( La région) c'est le paradis des vaches !". Moi, à force d'écouter les écolos et autres amis de je ne sais quoi, j'en doute beaucoup...

Pourtant, il y a un peu de cela ! Et si on tenait compte de cet entretien dont ruraux locaux et touristes bénéficient en permanence, peut être qu'il y aurait là matière à rémunération ....

Je sais, ces paysans, toujours en train de réclamer !

Pour en revenir aux coréens, voilà un genre de rencontres que je prise tout particulièrement !