Retour en vitesse d'une réunion, repas à la même vitesse...

J'ai fané ensuite. Je pense pouvoir l'amener en foin demain ou après demain. Car je n'ai toujours pas la faucheuse. Il me faut donc décaler l'ordre des chantiers. Je tourne en rond depuis mon retour. Je suis même allé chercher des dents de faneuse pour remplacer celle qui est cassée. Prétexte en réalité pour savoir où ils en sont. "Dans une heure !" Une heure, c'est long, cela voudra dire une heure plus tard ce soir pour arrêter. Tout le monde fauchait sur la route de Charolles, déjà j'entendais les machines siffler ce matin avant de partir. Et je reste impuissant puisque sans machine. Rien ne sert de s'affoler mais je n'aime pas cette situation !

C'est peut être cela la conscience professionnelle. Ne pas reporter au lendemain ce qui pourrait être fait le jour même !

         

cage_de_contention