Je comptais jouer sur les parcelles libres de pâture en septembre pour épandre le compost en profitant du temps sec, mais j'étais incapable de conduire tracteur et tracto-pelle pour charger ! J'ai donc du attendre de reprendre... Jusqu'à présent, soit il y avait des animaux soit la pluie m'empêchait de passer... Et puis, il y a eu une fenêtre de travail entre mercredi et jeudi ! Il fallait impérativement que je vide la fosse à fumier sur laquelle j'avais laissé au printemps du fumier sorti de la stabulation attenante ! Elle était pleine et je ne pouvait pas nettoyer l'aire de raclage de la stabulation... C'est devenu un bon compost sur lequel ont même poussées des tiges de triticale qui étaient en épis !!!! Invraisemblable en décembre ! 

                tas-de-compost

Je me suis donc lancé pour passer avant la pluie annoncée pour hier soir ! La portance des sols était limite mais l'avantage de l'épandeur acheté l'année dernière est qu'il est facile à tirer avec le 1056 ! J'ai mis deux tours pour trouver le bon réglage, les premiers à gauche le démontrent. Comme je devais monter, j'étais obligé de descendre d'un ou deux rapports du tracteur et donc de chercher à adapter la bonne vitesse du tapis de l'épandeur ! Une fois trouvé le réglage, cela a été mieux même s'il a fallu jongler avec les pentes et ce que l'on appelle ici "les mouilles" c'est à dire des endroits très humides !

           réglages

En deux jours, une fois terminé les soins de animaux, j'ai réussi à vider la fosse et à barbouiller environ 8 ha, sans laisser de traces sauf sur la montée le long de la clôture où les traces de vaches n'arrangent pas les choses !

                   dessin-en-noir

Côté vaches, celles qui sont dehors ont droit à plusieurs dizaines d'hectares ! Du coup, elles peuvent délaisser les quelques ha que j'ai peint provisoirement en noir ! Comme le compost n'a pas d'odeur, ce n'est pas trop gênant ! Pour le moment, elles ne font que traverser la parcelle fumée !

 pré-du-chateau

Je suis très heureux d'avoir pu passer sur la parcelle de cette dernière photo sans faire aucune marque... Elle est très compliquée à réussir, entre pente et humidité ! La dernière fois, avec le gros épandeur de la CUMA, j'avais fait des traces en devant remonter la pente sinon je me retrouvais avec un engin à moitié vide ! Traces que j'ai retrouvé  trois ans plus tard... Là, j'ai trouvé comment faire même si vu d'avion, un observateur aurait eu du mal à comprendre pourquoi je faisais ces manoeuvres inédites ! En passant à côté du troupeau, j'ai saisi le veau qui est toujours dehors ! Une tâche blanche sur fond vert, comme au printemps ! Là, il dort mais je peux vous dire que la miss se porte comme un charme si j'en juge par le jeu avec le tracteur un moment plus tard !

                                 veau-au-pré

J'avoue être content d'avoir pu dégager la fosse en voyant la pluie de ce jour ! Il faudra attendre un bon moment avant de pouvoir continuer ces épandages...