Trois heures du matin ! Les volets tapent. Je regarde à la caméra. Rien que de sortir un bras de dessous la couette donne envie de vite se replonger dans la chaleur du lit. Nous ne chauffons pas notre chambre, la température y est plutôt fraîche, il faut dire qu'elle est orientée Nord-Est, directement sous l'emprise de la bise...

Six heures moins le quart, la caméra ne démarre pas ! Je me lève ! Un petit café et je file m'habiller. J'ai ressorti depuis trois jours des chemises en laine qui ne servent que dans ce cas de froid intense ! Elles sont élimées mais quel confort... J'empile les couches et termine par la parka ! Je sors. Le froid cingle la peau du visage ! J' ai mis des gants. Je traverse la cour, dos à la bise. Direction la stabulation ! Elle est à l'abri du vent et je suis surpris de voir les veaux vers les cornadis, c'est à dire à l'endroit le plus exposé. Je fais le tour pour m'assurer qu'il n'y a rien. Puis je fais demi tour. Le froid est vif, mais sec.Il est très supportable, plus qu'avec des températures  plus douces mais avec plus d'humidité. Je remonte vers la maison. Au coin du hangar, la bise me saisit. Incroyable différence de perception d'une température identique mais qui devient intenable... La traversée de la cour est un calvaire, je rentre transit ! Un bon café bien chaud sera le seul réconfort efficace. Je suis totalement réveillé...

               aube-glaciale

L'aube est claire et le ciel est pur ! Mais ce vent est intenable. Il pénètre partout, par la moindre fente. J'ai remis en route les abreuvoirs chauffants. Car même aux endroits les plus protégés, le froid arrive à geler les installations. Je n'ai pas d'endroits protégés, une arche de Noé chaude pour y mettre des animaux fragiles. Avant hier, j'ai rentré en catastrophe à la tombée de la nuit, une vache qui était dehors et qui ne me paraissait pas en forme ! Hier, j'ai vélé une vache ! Des jumelles ! Je me suis fait mal au dos pour les porter dès la naissance dans l'étable qui me semblait plus chaude que la stabulation et les mettre dans une case pour eux tous seuls avec leur mère ! L'abreuvoir était gelé. En rentrant vers 22 h hier, je me suis rechangé pour aller les faire téter ! La nuit, je les ai surveillé avec la caméra deux fois. Je surveillais qu'elles changent de position, signe qu'elles se sont levées et ont donc tété...

                        jumelles

Déjà en temps normal, les jumeaux , c'est délicat. Alors par ce froid... J'ai décidé de ne plus les toucher et de laisser faire la mère qui est aussi maternelle que truffe. D'ailleurs, ce matin, une des deux coquines ne peut pas me raconter des histoires, elle a tété par derrière :

                        veau-ayant-tété-par-derrièr

Mais ce matin, en prenant les photos, elles se réchauffaient en sautant sur place... 

Je referme les portes à chaque passage de tracteur... Hier, le 1056 n'a pas démarré seul ! Il a fallu les câbles. Ce matin, j'ai réussi. Le renault ne pose pas de problèmes. Donc, je le sors et là, à la bise, je n'ai plus de puissance ! Impossible d'avancer ! En quelques minutes, les filtres ont gelé. Une fois changés, il marche à nouveau... Le plus drôle, c'est que je réussi à les mettre au soleil quelques minutes avant de les changer et le moteur repart, pour caler à nouveau dès qu'ils sont à nouveau sous la bise... On ne peut pas conduire en mettant les filtres à l'abri du vent...

                 lever-de-soleil-glacial

Vous l'avez compris, cette bise est inhabituelle... Les annonces de la "température ressentie" ne sont donc pas erronées... Le - 10 °C annoncé par le thermomètre de la voiture de Mme PH se transforme donc en - 16 ou - 18°C ressentis. Je suis allé voir les vaches derrière, elles avaient trouvé un coin à l'abri du vent, et sincèrement, elles étaient très bien ! Peut être est ce là qu'il faudrait mettre le râtelier pour qu'elles puissent manger à un endroit plus confortable...

Il reste une inconnue : Les cultures ! au lever du soleil , le blé avait mauvaise allure :

              le-blé-a-froid

Les spécialistes nous rassurent ! Mais les plantes sont elles aussi sensibles aux températures ressenties ? Si elles étaient protégées par 10 cm de neige, il n'y aurait aucun soucis à se faire. Nous aurons donc la réponse dans 15 jours...

Oui, ce froid complique le travail ! J'avoue que j'aimerai que les vaches attendent vendredi prochain pour vêler ! Ce serait plus facile. Mais, je vous rassure, même si j'ai ressorti chemise, bonnet et gants pour mieux lutter contre le froid, lorsque je n'ai pas à subir la bise, je me sens très très bien... Tout le temps passé dehors ne me pèse pas du tout, car la nature reste si belle dans ses excès... Quand à eux, ils s'en fichent !

                        taureaux-dehors