Chaque troupeau connaît parfaitement son territoire et le contrôle ! Parfois, il réussit à l' agrandir, en cassant une clôture, en sautant... C'est bien connu, l'herbe est toujours plus verte chez le voisin. Enfin, il y a l'éleveur qui ouvre une nouvelle parcelle et qui agrandit le territoire. Le cérémonial est alors toujours le même. J'appelle les vaches, qui pour certaines comprennent immédiatement ce que je vais faire. J'ouvre la barrière et...

       

                 ouvrir-la-barrière

Cette année, elles n'ont pas faim et il n'y a pas une grosse différence de qualité et d'appétence entre herbe pâturée et herbe de repousse. Du coup, elles ont fait deux fois le tour pour bien prendre possession de leur nouveau domaine. Et ensuite seulement, elles ont mangé... Petit problème toutefois, la parcelle n'a pas d'ombre le matin, ni d'eau pour boire. Il faut donc que dans les deux cas, elles retournent dans la parcelle initiale. Mais il n'est pas question d'abandonner ce nouveau territoire et mieux vaut pour cela garder un oeil sur la barrière ! Ce matin, elles ont donc élu domicile sous le chêne à côté de la barrière de façon à pouvoir se précipiter dans la nouvelle parcelle si par hasard PH voulait fermer la barrière. Je précise qu'elles n'ont pas couché une seule fois depuis le lâcher sous cet arbre...

surveillance-de-la-barrière

J'étais très surveillé au moment de prendre la photo. Un moment plus tard, elles sont descendues boire. Là encore, un troupeau, sur ordre de la reine ( et pas du taureau ) y va tout le monde ensemble. Aujourd'hui, pas question d'abandonner le poste frontière, elles sont donc descendues boire à tour de rôle...

                                                       A-tour-de-rôe

Et toute la journée, elles ont occupé les lieux, avec toujours un oeil sur la barrière...

                  contrôle-de-la-barrière

Dans trois ou quatre jours, l'herbe leur paraîtra un peu moins "verte", elles retrouveront une vie de troupeau "normal" et referont chaque jour tout le tour de leur territoire. Elles ont donc les mêmes notions de frontière que les hommes. Par contre, elles sont plus tolérantes avec des congénères. Si je rajoutais des vaches, même si elles étaient de couleur donc différentes, elles les intégreraient immédiatement au troupeau. Il y aurait une bagarre à l'introduction, non par rejet, mais pour refaire les hiérarchies. Et si une nouvelle est plus forte, elle devient la reine. Par contre, si j' introduis un taureau de même gabarit que le présent, là, il y en aura un de trop. Le plus faible, s'il survit au combat ( cela peut aller à la mort ) n'aura pas sa place et vivra seul et à l'écart sur le même territoire... S'il est carrément plus jeune et avec un gros écart de poids, le plus lourd le tolérera. Mais en se réservant les vaches en chaleur...

J'allais oublier la photo du soir, pour la météo de demain :

                                       

                                          photo-du-soir

Pas terrible du tout...