Je n'ai pas le courage d'écrire ce soir. J'ai presque réussi mon coup de collier. Presque ! Car comme depuis des semaines, les prévisions varient plus vite  que le temps lui-même, changeant en permanence. J'ai mis quelques twetts depuis le tracteur, un engin duquel je ne suis presque pas descendu depuis dimanche après midi, sauf ce soir vers 19 h ! Enfin... Il faudra que je prenne le temps d'expliquer ces 4 jours de folie, qui font le sel de mon métier. Quand j'ai fait le décompte du travail accompli alors que j'étais en voiture pour aller prendre l'apério avec des amis, j'ai été surpris du nombre de bottes...

Je ne sais pas si je pourrai reproduire ce genre d'effort à l'avenir, l'âge devant peser à un moment ou à un autre. Mais pour la première fois, je me suis senti aussi fort qu'avant mon accident, physiquement et mentalement. Rien que pour moi, pour l'organisation et la façon de prendre du chantier, il faudrait que je décrive ce début de semaine... Chance, expérience, équipement, autant de critères de réussite !