Je suis heureux ! Et oui, cette année, tous les hangars sont pleins, tout ce qui peut servir à stocker les récoltes est utilisé, même le couloir de la stabulation. Après une année de disette, où nous avons eu besoin de la solidarité des céréaliers, dame nature compense par une récolte de fourrage énorme sauf en céréales dont les cours mondiaux s'envollent... Ce qui se ressent immédiatement ici sur le prix des aliments. L'analyse de ces 2 années, opposables en tout, me permettra, dès que j'aurai 5 minutes de reposer la stratégie que je compte adopter sur ma ferme et les questions que je me pose en terme de politique agricole.

Rien ne permet de prédire ce qui va se passer dans les semaines qui viennent, en terme de climat. Aussi, il est hors de question de gaspiller ce que la nature m'a donné cette année. Mais quand les stockages habituels sont pleins, il faut revenir aux "plongeons", façon moderne ! Depuis lundi, je rentre la paille. le chantier n'a pas un gros débit. Entre foin et paille, c'est une centaine de rotations qui vont être nécessaires. Charger la remorque avec quelques astuces pour que les bottes ne glissent pas sur les chaos des chemins. Là, arrivé au tas, poser la remorque.

arrivée

Empiler les bottes sur des colonnes de 3 !  J'ai fait des essais ( J'en avais parlé ). Au dessus de 3 bottes, l'eau en coulant de la bâche du haut crée des "cheminées" à l'intérieur des bottes. Comme on est obligé de mettre les bottes sur la tranche de ce cas, les fibres sont  perpendiculaires à la circulation de l'eau qui au lieu de glisser vers le bas, glisse à l'intérieur de la botte. La bâche protège jusqu'à 3 bottes. C'est donc comme cela que j'ai le moins de pertes. Je stockais les bottes dans l'autre sens dans le temps, comme sur le char, en pyramide : 3, 2 1... Avantage, cela allait très vite pour décharger, pas besoin de faire pivoter la botte. Mais ensuite, il fallait tirer les bâches de 50 kg pour tout recouvrir. Il fallait être à 4 pour le faire, qu'il n'y ait pas de vent et mettre ensuite une remorque de sable à la base pour tenir la bâche. Bâche qui coupait pendant les tempêtes, découvrant le tas... De plus,on était obligé de recâler l'hiver, chaque jour, à la main avec le sable alors qu'on prend 3 bottes par jour....

                                        bottes-protégée

Les bâches étaient fichues et devaient être jetées chaque année pour être recyclées. Là, je les réutilise entre 2 et 4 fois... Donc je décharge mon char en gardant 4 bottes au sol !

                                   bottes-à-couvrir

Je les recouvre et je les gerbe avant de repartir faire un autre tour...

en-préparation

                                           en-cours

L'énorme avantage de cette méthode est qu'à chaque fois, le tas est protégé même s'il n'est pas complet. Il peut arriver un orage, chose qui était une angoisse dans l'autre façon de faire ! Mais ce stockage dehors a une limite. J'estime à 15 à 20 % la paille abîmée en hiver, paille qui arrive déjà pourrie dans la stabulation. Cela prend un temps fou pour confectionner le tas et plier comme il faut es bâches en hiver. La seule solution pour améliorer le stockage serait de construire un hangar. Le gain serait évident, en argent, en temps de travail et en pertes. J'en rêve mais cela représente un investissement de 30000 € au moins, alors... J'ajoute que je gagnerai en nombre de rotations par jour. Je pourrai aussi, avec 7000 € de plus, avoir une remorque plus grosse, donc transporter plus de bottes. Mais cela suppose d'améliorer les accès aux parcelles en élargissant les barrières pour tourner, en rendant plus roulant les chemins... Bref, cela ne se fait pas en un jour. Enfin, pour être complet et répondre aux commentaires, je mets les bottes à plat sur le char pour une raison simple. Les bottes font 160 cm de diamètre. Debout, deux bottes feraient 3.2 m de largeur ce qui est hors norme pour passer sur chemin et route. C'est pour cela que la largeur est de 1.2 m pour les round. Cela fait 2.4 m ce qui est la taille permise pour rouler sur la route sans être dangereux. Plus les bottes sont grosses, plus on va vite pour presser, stocker ( moins de manipulations) et on économise sur la ficelle. Faite le calcul, pi*r2...

                 et-on-recommence