J'ai entamé, juste avant d'attraper la grippe, des modifications de mes cases de vêlage. Je n'en faisais plus une priorité depuis car je voulais mettre à niveau le troupeau. En créant ces cases il y a 19 ans, je n'avais pas de pratique ! Auparavant, les vêlages se faisaient vaches attachées. J'avais donc un peu inventé mon système. J'avais soudé des cornadis sur des barrières pour prendre les animaux... Première erreur, ce cornadis était soit à gauche, soit à droite en alternance. En pratique, s'il faut une césarienne, il faut que l'animal soit pris sur le côté droit de la case pour pouvoir couper à gauche. Je me retrouvais donc avec seulement 2 cases sur 7 dans lesquelles les césariennes étaient possibles. Je fais donc tourner les animaux une fois le vêlage fait. Mais second problème, mes barrières étaient trop basses et dès que le fumier montait, cela coinçait... Enfin, troisième problème, il fallait faire du rodéo avec une corde si la vache ne voulait pas rentrer dans le cornadis...

Bref, cela méritait changement et adaptation...

Première étape, juste avant la grippe, j'ai inversé les barrières cornadis de façon à avoir 4 cases où les interventions soient possibles. Il a donc fallu inverser tous les supports car ils étaient différents de chaque côté. Il me restera deux modif à  faire une fois le fumier retiré... On ne peut pas souder avec de la paille. J'ai ensuite inversé les barrières quand cela était possible sans soudure mais en perçant pour que la hauteur du fumier ne soit plus un problème. Je peux ainsi être certain de pouvoir faire passer les animaux d'une case à l'autre sans problème. Cela me permet dedier une case spéciale pour les vêlages délicats. 

DSC07373

Première disposition particulière, creuser les bétons pour sceller un poteau amovible afin de pouvoir le retirer pour curer. Sur ce poteau, viennent se fixer 3 éléments particuliers. D'abord un cornadis spécial anti pendaison. Les contractions pendant le vêlage sont parfois si violentes que les vaches se laissent tomber. C'est très dangereux si cela arrive dans les cornadis normaux. Elles peuvent s'étouffer. Celui-ci descend presque jusqu'au sol, la vache n'est donc pas pendue... 

                                                          DSC07374

Sur le côté, la barrière est spéciale car elle est équipée d'un passage d'homme... Je voyais bien que les vétérinaires n'aimaient pas trop enjamber les barrières. De même, l'année dernière lorsque j'étais blessé, sauter par dessus n'était pas conseillé. Enfin, les sceaux d'eau devaient prendre le même chemin avec les conséquences qu'on imagine lorsqu'on veut aller trop vite... Ce passage sera donc un vrai confort pour mes vieux jours !

                                             DSC07375

Vous remarquerez qu'il me reste les fixations à poser pour terminer ! C'est pour cela que les barrières en sont pas d'aplomb. Il faut qu'elles puissent ouvrir dans les deux sens car les vaches peuvent arriver des deux côtés. Enfin, j'ai commencé d'installer la barrière dite "à césarienne". Le principe est simple. La barrière se rabat sur le côté pour bloquer la vache même si elle n'est pas prise dans le cornadis. Il y aura des tôles en haut et en bas qui peuvent s'ouvrir pour intervenir sans que les vaches puissent  taper . La tôle du haut permet une césarienne, celle du bas permet de faire têter un veau. J'essayerai de faire des photos une fois le système fonctionnel. Il me reste donc à installer les tôles, des chaines pour pièger les vaches sans qu'elles puissent reculer... 

                 DSC07376

Voilà, encore deux heures de travail et cela devrait pouvoir servir à ces dames... 

DSC07363