Vendredi, en regardant les prévisions météo, je suis arrivé à la conclusion que nous étions sans doute au moment le plus sec de cette année. Une bonne opportunité pour passer sur des parcelles qui n'ont pas reçu de fumure depuis des années ! Trop humides, trop pentues ou difficiles d'accès !

           champ-de-derrière

J'ai commencé doucement, puis enhardi en allant dans des parties inaccessibles habituellement. Pas n'importe comment ! Il faut juger de la portance du terrain, anticiper le sens du passage pour arriver presqu'à vide à l'endroit le plus sensible. Le challenge : trouver les endroits pour traverser les ruisseaux ou autres pièges, inconnus puisque jamais pratiqués. Une découverte donc, facilitée par nos épandeurs à roues de tracteurs... 

                                               

                                   verne

Le temps a passé, les épandeurs se sont succédés et à la fin de la journée, la fosse était vide et 6 ha aux passages improbables étaient couverts, répartis de façon à ne pas trop amputer les surfaces de pâture des troupeaux.

   

  

étang

 

Le lendemain, pour prendre les photos, il pleuvait !

               

                           chaume

Il manque la photo d'une parcelle ! Au total, je viens de me rendre compte que j'ai environ 8 % de ma surface en zone très humide ! A comparer avec un peu plus de surfaces sur le rocher où le sol arable n'excéde pas 10 cm !