Nous sommes passés d'une situation confortable pour les pâturages à une situation de crise. Le flirt avec les 40 °C ces deux derniers jours, ce vent desséchant ce soir ont raison de toute végétation qui souffre tout autant que les animaux. Je n'ose plus observer les troupeaux la journée. J'aimerai avoir un peu de vert à leur offrir. Mais je n'ai que du foin à mettre dans les râteliers...

Le mode canicule sur la ferme se traduit, de plus, par s'assurer que le animaux aient de l'eau à boire, en suffisance et de la moins mauvaise qualité possible. Les ruisseaux se tarissent de plus en plus. Il ne me reste que les deux plus gros pour alimenter tout le monde. Les chemins créés pour permettre aux troupeaux éloignés de ces ruisseaux de s'y rendre servent à plein.

J'avoue que j'ai été content de ne pas devoir moissonner cette semaine. A 40 °C , sans clim efficace, cela aurait été difficile. Mais plus encore, c'est le risque d'incendie qui m'inquiète le plus. Depuis le début de semaine, il y a eu des incendies de prés, de champ ou de bois tous les jours. Pour la première fois, plusieurs départs de feu ont été provoqués en faisant des foins. D'habitude, ce sont les round baler mais là, les journalistes parlent de fauche... Le risque est accru, classiquement avec les moissonneuses batteuses. Un simple silex peut enflammer la machine... Il va bien falloir récolter mais je n'ai pas fini de stresser. Autre problème ; Le broyage des chardons. Les prés sont si secs que le risque est maximum.

Bref, la semaine promet d'être délicate. Je vais garder un extincteur et le téléphone à portée de main ! Décidément, les excès de dame nature posent bien des problèmes. Vivement une bonne pluie !