Ce matin, j'ai eu un brin de nostalgie. Une pensée pour mon père qui les 29 janvier faisait le tour des fenils pour faire un point visuel de l'état des stocks de foin ou de paille. On estimait l'avancement de la consommation de foin en se remémorant le fenil en début d'hiver. Pas question de compter les bottes de basse densité, puis de moyenne densité. Trop nombreuses, on comptait en ferme ou demie ferme de charpente ! A l'époque, on rentrait les animaux un peu après la saint martin (11 novembre) pour les lâcher vers la fin mars. Bien sûr, le 29, c'est théorique mais je pense que c'était un marqueur, y compris psychologique, au sens où à partir de la fin janvier, on voit réellement les jours rallonger...

 

Ce matin, j'ai eu un clin d'œil. A la boulangerie, nous avons parlé météo. "Quel brouillard cette nuit et ce matin !" " Je suis rentré d'Autun vers minuit, je n'y voyais pas à plus de 60m. J'ai dû rouler à 50 depuis Etang !"... En souriant, je lance "On ne va pas se plaindre d'avoir un vrai hiver !". J'ajoute " Et maintenant, il faudrait de la pluie pour tout le mois de février". Un soupir émane d'une personne présente. Avec humour, un client commence "C'est vrai, pluie de février vaut" " Du fumier". "Et oui, certains voudraient avoir le soleil de la côte d'azur toute l'année !" Et tout le monde part avec un immense sourire.