Plus personne ne fait attention aux moissons, même dans nos villages de campagne. Pire, certains râlent, en croisant les machines qui les obligent à ralentir, contre ces paysans qui encombrent les rues et les routes même le week-end. Nous avons "coupé" samedi, dimanche et lundi. J'avais une parcelle qui nécessitait de faire 300 m de route départementale autant de fois que de remorques, de pressage ou autres entrées et sorties de machine. Autant de stress en particulier pour sortir de la parcelle !

Triticale-de-la-plaine-etTo

Pourtant, depuis 10 jours, on attendait le retour du beau temps. Avec des orages puis des averses, autant de journées où l'on ronge son frein, craignant la germination des grains mûrs. Inutile de dire que quand samedi, le beau temps était là, plus rien ne compte si ce n'est de moissonner. Et pendant trois jours, c'est la météo qui commande, les heures s'empilent.

moissonneuse-soleil-couchan

J'ai repensé aux moissons d'antan, quand j'étais très jeune. A la campagne, tout le monde se sentait concerné, même ceux qui ne participaient pas aux travaux ! Le blé : un élément majeur de notre nourriture. Ce blé qui a manqué tant de fois au fil des siècles. Personne n'imagine une disette aujourd'hui. Le travail de récolte, qui ne peut se faire que sur un temps limité et par forte chaleur, est méprisé. Pire, pour certains, il est anormal que les paysans travaillent pendant qu'eux sont en vacances, soit en utilisant les routes soit en faisant du bruit. Ils ont oublié que c'est la nourriture d'une année qui se joue là.

blé

En relisant l'histoire des moissons, on se rend compte de l'immense réussite de l'agriculture actuelle, quelqu'en soit la pratique, conventionnelle ou "bio". Un homme adroit au fléau battait 1 quintal par jour, à la mauvaise saison. Mais avant, il fallait couper et mettre en javelles, puis les rentrer... On mesure alors la somme de travail indispensable pour nourrir la population. Tout le monde était mobilisé, il n'y avait pas de vacances !

ob_587636_moisson-a-la-main

Cette année, avec cette machine, en condition normale, on moissonne 60 à 70 qx environ par heure, à deux. Un sur la machine, l'autre à la remorque. Rajoutez une heure de pressage... Et ce ne sont pas des machines de pays de culture ! Cette petite comparaison permet de mesurer les énormes gains de productivité !

moissons

Ce propos juste pour rappeler que si on peut prendre des vacances aujourd'hui, c'est parce que qu'il y a eu ces progrès ! Ces machines sont très coûteuses. Ceux qui critiquent devraient réfléchir: Sans elles, leurs vacances se passeraient à moissonner. Si on peut se payer des congés mérités, c'est parce que ces gains ont permis de faire chuter le coût de l'alimentation. Une seule chose n'a pas changé depuis la nuit des temps agricoles : C'est toujours la météo qui commande et permet ou non la récolte ! C'est un petit message à tout ceux qui voudraient nous interdire de travailler pour qu'ils puissent arriver plus rapidement en vacances. Samedi et dimanche, j'aurai préféré être présent aux manifestations sympa du village mais dame nature en a décidé autrement. J'aimerai que l'on soit respecté pour notre sens du devoir accompli qui profite à tous !