Nous avons obligation de déclarer sous 8 jours tous les mouvements d'animaux de la ferme. Le but est d'assurer la traçabilité des animaux en cas de problème sanitaire. La naissance est un de ces mouvements. L'enregistrement se fait sur une base de données tenue dans chaque département (IPG) qui les transmet ensuite à une base nationale.

Au fil du temps, nous sommes passés de l'envoi courrier de bordereaux CERFA, au fax, puis à un échange de données entre un programme de gestion de troupeau sur nos ordinateurs avec la base, puis à la possibilité de gérer les données sur un cloud ! Dans ce dernier cas, l'accès avec un smartphone est possible pour peu que l'on ait une connexion correcte. La saisie ou la consultation se fait sur le lieu de travail, ce qui limite les erreurs de transmission. Mieux, les données sont générées en direct, en temps réel. Cela ouvre donc des possibilités énormes pour une gestion différente !

Malheureusement, le système devient opaque à l'échelon industriel, l'abattoir dans mon cas. L'affaire de la salmonelle chez Lactalis pose à nouveau le problème de la transparence des filières alimentaires, donc de la SÉCURITÉ ALIMENTAIRE ! Les trois fois où j'ai reçu une délégation chinoise, cette traçabilité était au coeur de leurs préoccupations. L'énorme scandale du lait infantile contaminé chez eux faisait de la sécurité le premier souci. Les tergiversations à décider des retraits des grands groupes sur ces problèmes, puis je rappeler le scandale des lasagnes à la viande de cheval, les préparations à base d'oeufs au fipronil ou maintenant la salmonelle présente depuis des mois, mettent à mal l'image de sérieux de nos produits. La taille fait que les enjeux financiers sont énormes. Si les données d'origine des produits remontaient en temps réel sur un serveur national, comme le sont les mouvements de nos animaux, une étape serait franchie vers un objectif, sans doute utopique, d'une transparence totale des produits. Utopie dont je suis de plus en plus convaincu qu'elle sera irréversible; Quand ?

En attendant, pour répondre aux obligations, je déclare sur mon smartphone depuis la stabulation, c'est là (la nuit dans ce cas)...