J'ai le sentiment d'agir en permanence sur le paysage de ma ferme.

bottes-patié-chêne

Il y a le cadre naturel, imposé par le relief et la profondeur des sols ! Passage obligé avec lesquels il faut jongler pour adapter les éléments fixes : Sur la "montagne", par exemple, haies et arbres végètent sur les rochers ! L'ancien étang; seules les espèces de saules perdurent... Les pentes conditionnent l'emplacement des limites de parcelles. Un tiers de ma ferme ne peut être labouré, soit trop pentu, soit par manque de terre, soit trop humide. L'herbe y est alors la seule culture possible. Qui dit herbe dit élevage !!! Sinon ce serait bois, donc paysage fermé, non nourricier pour les humains...

L'intérieur de ces cadres est peint par les cultures, herbe ou céréales, voir étangs ou autres... Cela donne une mosaïque de couleurs différentes que dame nature fait varier en fonction des saisons. Seule note uniforme : La neige !

Ces tableaux sont parfois dessinés par les travaux des paysans, de façon très éphémère ! Les traits suivent toujours les cadres... En voici un exemple, qui n'a duré deux ou trois heures, puis a changé à nouveau...

Ah ! J'allais oublier que dame nature peut jouer avec le tableau, en le cachant tout ou en partie, avec le brouillard...