Comme une hirondelle ne fait pas le printemps, 30 mm ne marquent pas la fin de la sécheresse ! " Il a plu, vous devez être content!" Pour des néophytes de la nature, un peu de pluie doit suffire aux besoins des plantes. C'est un peu plus compliqué:

Tout d'abord, 30mm, ce n'est rien par rapport au déficit. Pour sortir de la zone rouge, il faudra certainement plus de 100 mm. Le sol est tellement sec, qu'il ne pourrait pas absorber une telle quantité si la pluviométrie est trop rapide. Pour bien faire, il faut que l'eau pénètre d'au moins 20 à 30 cm pour irriguer les racines profondes. Ensuite, elle descendra lentement pour aller, en hiver, regonfler les nappes phréatiques. Pour ce faire, il faudra des centaines de mm...

La fréquence des prochaines pluies va donc être déterminante. Si on en reste là, ce sera un coup d'épée dans l'eau. Le maïs en profitera quelques jours grâce à sa partie racinaire superficielle mais pour l'herbe ce peut même être négatif ! La plante va tenter de redémarrer sans en avoir les moyens hydriques. Nous, paysans, disons que ce phénomène "brûle l'herbe". Si la chaleur revient, même limitée, sans épisodes pluvieux, nous resterons en période critique pour les pâturages.

Au regard de l'état des prairies, personnellement, je suis incapable de définir quand ce sera la fin de la sécheresse. Je sais par expérience, qu'avec une pluviométrie globale supérieure à 80 mm, arrivant à fréquence régulière (tous les 4 ou 5 jours par exemple), je peux espérer avoir de l'herbe en quantité suffisante pour les animaux d'ici une quinzaine de jours. Si j'interromps trop tôt l'affouragement des troupeaux, les vaches ne laisseront pas le temps aux plantes de se développer suffisamment. On se retrouverait donc en situation de sur-pâturage pouvant aller jusqu'à bloquer la repousse d'automne !

Nous ne sommes donc pas sortis de l'épisode sécheresse. Pour que je puisse passer un automne plus serein, ainsi que mes troupeaux, il faut donc être patient et espérer. Les orages du jour seront une première réponse aux questions. La journée de samedi, annoncée ce matin par la présentatrice météo de télématin de "vilaine" (encore une bobo déconnectée de la nature) pourrait être une autre pierre à un retour à la normale.Elle ne serait alors pas si mauvaise que cela pour la nature. Puis ce qui se passera la semaine prochaine sera déterminant.

Disons que ces 30 mm sont un bon début, une "source" d'espoir et redonne un peu d'optimisme. Reste que nous sommes loin d'en avoir fini et que les conséquences se feront sentir dans nos fermes. Les maïs ont énormément soufferts, nous avons entamé les stocks prévus pour l'hiver, les prix des animaux à la vente sont à la baisse. Depuis Paris, on peut mépriser la situation au motif qu'il a plu, la réalité de terrain est tout autre !