Triste journée avec ce temps gris et morne. Triste car je n'ai pas réussi à sauver (avec mon véto) une vache. Il a fallu la prendre au pré hier ! Difficile de poser un diagnostic dans ces conditions. Je ne pouvais pas la ramener en stabulation. Pour moi, il n'y a qu'une explication possible : Un corps étranger !

Avec la sécheresse, les vaches ont brouté l'herbe le plus ras possible. Un clou ou un crampillon peuvent alors avoir été absorbés. Il peut rester des semaines dans la panse, noyé dans le volume ! Puis il peut se planter dans la paroi du rumen ou dans l'oesophage au moment de la remontée du bol de rumination. Dès lors, une infection se produit et l'animal ne pouvant plus ruminer, la panse se bloque. C'est la seule chose dont nous ayons été sûr hier. Quand on a un soupçon, on fait avaler un aimant qui fixe le morceau de ferraille et reste indéfiniment dans la panse. Hier, nous l'avons fait mais c'était trop tard. De plus, cela est très soudain donc.

Pour compliquer le cas, le véto pense que cette vache a abusé des glands. Cela l'a sans doute fragilisée. Elle avait pourtant du foin à volonté, mais rien à faire !

Vous comprendrez que je sois déçu ! Si je n'ai pas écrit ces derniers jours, c'est par fatigue. Sur 16 génisses devant vêler, 13 l'ont fait en 16 jours ! Je peux tirer une fière chandelle au taureau même si à cause de lui j'ai passé des nuits blanches. Le bilan est mitigé avec une septicémie fatale sur un veau et un autre qui n'a jamais démarré. Sinon, les autres se portent bien pour le moment, mais il m'a fallu un peu de persévérance et de chance avec deux d'entre-eux. Effet sécheresse ! J'ai du rattraper les carences en donnant beaucoup de minéraux aux génisses les jours suivant la rentrée en stabulation. J'ai vu une nette différence entre les premiers et les derniers vêlages.

Pour ce qui concerne les trois dernières, je prévois un vêlage d'ici une semaine, un autre d'ici une quinzaine de jours et la dernière en mars ou avril ! Elle a "coulé" et est revenue en chaleur fin juin je crois ?

Ce petit mot pour parler aussi des échecs. Je savais que ce dernier hiver de paysan serait compliqué. Avec dame nature, il faut une part de chance ! Pour la vache, c'est malchance et je n'y peux rien, même si je le vis mal. Encore 4 mois au moins de vêlages et toujours ces mêmes incertitudes malgré l'expérience !