Les projets de restructuration de la cour de ferme prennent forme. En effet, à ma retraite, je vais complétement réaménager la cour de ferme qui n'en sera plus une. Les nouveaux accès aux bâtiments d'élevage sont déjà fonctionnels. L'hiver prochain, je vais clôre de façon à ce qu'aucun engin ou vache ne puisse passer devant la maison.

Lorsque nous avons commencé à construire les stabulations, nous les avons accolé aux anciens bâtiments, pensant utiliser encore ceux-ci. C'est devenu un handicap depuis pour deux raisons. D'abord, les anciens sont toujours difficiles d'accès aux engins modernes. Ensuite, les nuisances sont supportables tant qu'on est éleveur, elles sont plus difficiles à accepter lorsque les maisons passent à d'autres habitants. On peut se retrouver en conflit dans certains cas. C'est dans cet esprit que je vais gérer les abords de ma maison. Les bâtiments resteront proches mais l'utilisation des courbes de niveau m'a permis de les cacher de la cour. Un jour, un marchand qui les avait vu de loin, les cherchait partout en arrivant, pensant même s'être trompé de ferme...

vue des courbes de niveau

Ces nouveaux bâtiments paraissent souvent imposants. En effet, il fallait deux mètres carré pour loger une vache attachée, il en faut 12 à 14 pour un couple mère-veau. Si on ajoute les élèves et le stockage du foin et paille, il faut entre 20 et 25 mètres carrés suivant la production final des élèves. On arrive donc au paradoxe qui fait que nous sommes critiqués pour la taille alors qu'elle est indispensable au confort des animaux. Confort qui, à mon avis, n'a plus rien à voir avec celui des vaches il y a 30 ans. Les vaches étaient attachées et ne pouvaient que se lever et se coucher pendant 5 mois car on anticipait la mise à l'étable. En effet, il fallait être nombreux pour prendre les vaches et les attacher alors qu'elles résistaient. Pas question de faire comme je le fais maintenant en ouvrant deux barrières les jours de neige...

vue des batiments

Mais je suis convaincu que mes grands bâtiments seront bientôt obsolètes. Je pense que nous évoluerons, là où le terrain le permet, vers des unités plus petites, dispatchées dans un rayon de 100 à 200 m autour du bâtiment de stockage et d'une stabulation pour faire les vêlages. En effet, la densité d'animaux regroupés posent des problèmes sanitaires par exemple. De même, les périodes de transition entre logement, pâturage, logement posent de très gros problèmes...

paysage d'hiver au coucher du soleil

La vidéo donne quelques explications...