paysanheureux

15 août 2016

Et de deux !

Je me suis fait plaisir entre deux gros travaux... La barrière du soir était dégondée. Je l'ai donc remise en place, j'ai soudé des renforts puis  je l'ai repeinte.

barrière-resoudée

Je l'ai aubané, mais il reste encore quelques centimètres à gagner et surtout à la caler en position fermée car elle a déjà flanchée...

barrière-aubanée

Puis je me suis éclaté. J'avais pris des photos de longue date car avec les feuilles, les arbres masquent beaucoup de parties du paysage. C'est donc la seconde barrière comme cela sur le chemin. Une troisième est en projet...

barrière-décorée

Posté par paysanheureux à 21:54 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :


14 août 2016

Echappée nautique

On aurait envie d'embarquer :

un-instanrt-de-detente

Ou beaucoup plus tranquille:

roues-à-aubes

A moins de se faire remorquer...

remorqueur

De façon beaucoup plus sportive:

ski-nautique

Un rêve, tranquillement assis à l'ombre, au bord de l'étang de la défriche..

un-après-midi-au-bord-de-l'

 

 

Posté par paysanheureux à 22:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

13 août 2016

Toujours 15 jours de retard et règlementation stupide...

J'ai l'impression de ne pas parvenir à rattraper le retard. Les moissons se terminent enfin. L'entrepreneur est venu lundi. Une bruine mardi m'a contraint à attendre mercredi après midi pour presser la paille. Pas question de se donner des priorités ou du moins de les respecter. J'ai terminé seulement aujourd'hui de rentrer le foin. Il a fallu couper les chardons au lieu de rentrer les bottes de foin puis, le 1 er août, broyer les parties de haies qui posent problème.

Une nouvelle réglementation de nos chers technocrates parisiens, nous interdit de toucher aux arbres et aux haies entre le 1 avril et le 1 er août ! Motif; protéger les nids. Cela m'a posé deux gros problèmes.

Un, les haies montent très vite en juillet et les sorties de parcelles le long de la route sont très dangereuses faute de visibilité. Idem pour la sortie du chemin ou les virages. Cela concerne 300 ou 400 m de haies, c'est à dire rien par rapport aux plus de 10 km de haies de la ferme. Mais, le règlement ne fait pas de nuances et je n'ai pas osé passer outre.

Deux, les clôtures électriques le long de haies sont devenues inefficaces car cela touchait de partout. Je suis passé avec le rotofil en juin, une corvée vite inutile avec la pousse des ronces. J'ai été dépassé et faure de jus, j'ai retrouvé les vaches ou génisses faisant des trous pour manger les feuilles de frêne ou autres. Heureusement, elles ne sont pas sorties sur la route... Dans ce cas, il ne s'agit pas de couper la haie en hauteur, juste de passer un coup latéral ! Il n'y a pas de nids sur les ronces et ce n'est pas un zone de nidification puisqu'on la broie chaque année. Le comble est que le désherbage chimique est autorisé, à l'heure où les pesticides sont mis à l'index. On n'est pas à une contradiction de l'écologie de salon près !

Alors que j'aurai pû faire l'opération un jour d'orage en juillet et éviter de prendre des risques pour sortir de la plaine en tracteur avec des voitures ou des motos, bien en dessus des limitations de vitesse et n'imaginant pas le danger, j'ai respecté l'absurdité ! D'autant plus absurde que la météo a toujours une quinzaine de jours de retard et que nous sommes en phase de sécheresse estivale. Moment où la végétation est fragile et où un broyage un peu agressif, autorisé maintenant, risque de la détruire. Les oiseaux seront sauvés mais les haies peuvent disparaître ! 

route-et-plaine

Imaginez vous à la place du conducteur de la voiture dont on devine le toit. Il ne voit rien sur sa droite, ni sur sa gauche. Mettez vous à la place de celui qui doit sortir le tracteur et la remorque du champ. Il faut que la cabine soit au niveau de l'accotement pour voir sur sa gauche, ce qui veut dire que l'avant du tracteur est déjà engagé sur le goudron d'un bon mètre...Je prendrai une photo du même endroit une fois mon broyage fait, vous pourrez juger des "dégâts" !

C'est vrai qu'on peut finir par se demander si ceux qui sont dans des régions d'openfield ne sont pas privilégiés ! On aurait peut être dû tout raser pour ne pas être ennuyé ! On ne nous fait pas confiance et ce sont sur ceux qui ont préservé le bocage que les réglementations tombent. C'est décourageant d'autant que le coût global de l'entretien de celui-ci sur une ferme comme la mienne revient, clôtures et main d'oeuvre comprises, à sans doute de 5000 € par an... Ce serait autant d'économie, ce qui par les temps qui courent...

Rassurez vous, je suis trop amoureux de ma ferme actuelle et fier de son bocage pour y toucher quelqu'en soit la contrainte de travail et financière. Mais avouez que ces règlements méprisent notre compétence, nos valeurs, nos savoirs-faire... 

Posté par paysanheureux à 22:50 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

10 août 2016

vers la fin des moissons

Ça traîne un peu, cette fin des moissons ! En cause la météo. Il ne "tombe pas des cordes", mais des passages de crachin ou de petites pluies, ont fait qu'il n'est possible de couper que 3 ou 4 jours par semaine ! De plus, la fraîcheur des soirées ne permet pas de travailler tard le soir.

    grand-pré

Au regard des rendements, cela n'a pas une grosse importance sur la qualité. Le médiocrité est de mise et c'est presque à contre-coeur qu'on récolte cette année les céréales ! Si on additionne les frais totaux, on a de quoi démissionner. Mais si on fait le calcul de ce qu'il faut pour le troupeau, donc ce qu'il faudrait racheter pour passer l'hiver, on se console vite ! A condition de ne pas regarder les prix de vente des animaux. Toujours plus bas.

Bref, "travaille et ne compte pas", semble être la réalité du monde paysan et la politique agricole et alimentaire actuelle... Il suffit d'écouter les publicités des grands distributeurs, grâce à l'autoradio du tracteur, pour s'en convaincre.

Posté par paysanheureux à 07:09 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 août 2016

Des nouvelles de la couvée de canards et de PH

Vous vous souvenez peut être de ce billet. Pour rappel, la couvée initiale était conséquente :

canards

A ce jour, il ne reste plus que :

couvée-2016

La chasse n'étant pas ouverte, on ne peut incriminer les hommes ! La nature est très loin d'être un espace tranquille, où seul l'Homme serait source de violence gratuite... Je dis cela pour celui qui a laissé plein de commentaires me traitant d'assassin et autre menteur. Vous comprendrez, je l'espère, que je ne les relaye pas. Je respecte les choix des autres, y compris ceux des "veganes", bien que je ne partage pas leur valeurs. Pour moi, tout simplement, l'Homme est omnivore. Il a donc besoin de manger de tout, en quantité raisonnable. Les autres pensent et font ce qu'ils veulent, je ne veux rien leur imposer. Je trouve fort de café que quelqu'un vienne m'insulter ici et espère que je le publie. J'ajoute que je n'ai pas les moyens de me payer des campagnes d'affichage dans le métro par exemple.

Posté par paysanheureux à 20:28 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,


05 août 2016

Superbe exposition à Toulon sur Arroux

Petite pluie hier après midi qui a bien rafraîchi l'atmosphère. La moisson sera donc reportée.

déchaumeur-dent

J'ai continué de rentrer des bottes de foin jusqu'aux premières gouttes. Aujourd'hui, en attendant que le soleil sèche le haut des bottes, j'ai changé les socs du déchaumeur à dents puis j'ai commencé une parcelle jusqu'à ce que je puisse repasser en mode bottes...

 

 

J'étais invité, ainsi que par son père, par un jeune du village qui expose pour la première fois. Vers 18h, je me suis posé la question d'aller au vernissage ou de faire le dernier tour du pré Gorneille. Bien que me sentant un peu coupable d'abandonner un chantier en cours, j'ai finalement décidé d'y aller ! On ne peut pas toujours se mettre la pression pour des choses qui ne sont pas des priorités au sens où il n'y a pas un enjeu de réussite de la récolte !

affichetoulon

Bien m'en pris. Les amis du Dardon accueillent des expositions à l'église romane de Toulon sur Arroux en été. J'essaye de participer autant que possible aux vernissages. Difficile d'en parler, car souvent, on ne sait pas si les artistes acceptent que l'on fasse des photos. Pas de problème aujourd'hui, j'en profite. L'exposition vaut le détour et mérite une visite. Il y a beaucoup de tableaux, de styles très différents. J'ai particulièrement accroché sur les visages. Leur expression est riche, prenante, pleine d'émotions !

visage

C'est aussi l'occasion de découvrir ou redécouvrir l'église du XI et XII siècle, sous un jour un peu plus coloré, comme elle devait être intégralement à sa construction !

vernissage

vernissage1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je crois que tout le monde a été surpris par la qualité des oeuvres de Jean Jacques Loriau. Très discret dans le village, nous étions loin de nous douter du talent que nous avons découvert ce soir. Vous pouvez vous rendre également sur son site ! J'y ai trouvé un paysage qui m'a tout de suite rappellé la vue du sommet du mont Beuvray ! Un petit tour ici, me l'a confirmé.

panorama-80x100-011

71c---bibracte2

 

 

 

 

 

 

Enfin, je l'imagine... N'est ce pas le but de l'art ?

 

 

 

 

Pour terminer, petit clin d'oeil local, normal pour un éleveur :

taureau

Belle découverte artistique permise par les amis du Dardon !

Posté par paysanheureux à 22:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

03 août 2016

moisson 2016

J'ai décidé de changer de stratégie de moisson cette année. L'âge impose d'être plus raisonnable. Mener seul un chantier de moisson sur plus d'une semaine, en sus de tout le reste, dans la touffeur des journées d'été ne parait pas responsable pour quelqu'un qui a eu des soucis de santé Je n'ai pas démarré la moissonneuse et j'ai confié la coupe à un entrepreneur...

Météo propice en milieu de semaine dernière : il me propose de lever une partie de la récolte. Jeudi à midi, la machine arrive. Nous commençons par le triticale. Je roule le grain. Une seconde machine arrive en début d'après midi puis passe chez un voisin avant de revenir le soir. Malheureusement, la rosée tombe tôt et ils finissent la seconde parcelle vendredi vers 15 h. 

Je passe alors en mode paille. je m'arrête vers 22 h, fatigué mais confiant car les prévisions météo n'annonçaient pas grand chose avant samedi soir. 

plaine-samedi-matin

Au réveil, samedi tôt le matin, le ciel n'est pas engageant. Je soigne vite les animaux, remet à niveau la presse et je file dans la plaine. La paille est belle mais le ciel devient très menaçant. Je résiste à la tentation d'accélérer. Casser du matériel, surtout un samedi, compromettrait définitivement la réussite du chantier. Je sais que je suis au maxi du rendement de la presse ! Pour la première fois depuis très longtemps, je m'interdis de consulter mes sites météo préférés. Savoir que la menace est proche m'inciterait à pousser les vitesses. Je retrouve ce réflexe paysan, fataliste. "Fait ce qu'il faut et la nature décidera !!!" Au sud, côté Toulon , c'est noir de noir ! Je crois même entendre le tonnerre au loin, lorsque je dois arrêter la presse pour remettre une ficelle coupée. A chaque tour, ce sont deux andains qui sont sauvés. La régularité est ma meilleure arme. Au fil, des tours, j'arrive à estimer le temps restant. 3 à 4 heures, puis 2 à 3, puis 2, enfin 1 heure.

D'habitude, je fais une pause au bout de 2 heures ou deux heures et demie.J'en profite pour boire, faire le plein de ficelle et laver les vitres du tracteur. J'écoute RMC, "le grand rush", comme je l'ai fait déjà la veille. C'est le rythme d'arrêt conseillé pour les automobilistes. Mais cette fois, je renonce à tout arrêt. La menace orageuse est trop importante. Je téléphone à mon fils pour qu'il m'apporte de la ficelle et je presse sans arrêt; lui annonçant que je ne rentrerai manger que lorsque la parcelle sera achevée. "Ne compte pas avant au moins 14 heures..." Je continue sans faiblir, heureux à chaque botte sauvée !

plaine-achevée

Peu après l'heure annoncée, je finis la dernière botte. Je la dépose à l'abri sous le hangar. J'arrête ensuite le tracteur à côté. J'ai pressé presque 5 heures de suite sans arrêt, mis à part la recharge de ficelle. Premier plaisir, une bonne douche, puis des vêtements propres avant de déjeuner. Sur infoclimat, je regarde le cheminement des orages les 6 dernières heures ! Un énorme nuage a voyagé à 30 km au sud pendant 4 heures. 30 km, c'est rien et il aurait tout aussi bien passer ici. La première partie des moissons  est sauvée avec beaucoup de chance. Il ne tombera rien le soir, au contraire des annonces, pourtant les nuages...

nuages

La récolte est médiocre, j'en reparlerai. Malgré tout, et peut être encore plus qu'en bonne année, pas question de sacrifier le moindre grain, ni le moindre bout de paille à une nature aussi ingrate ! Plus elle déjoue avec nous, plus il faut s'accrocher au peu qu'elle nous donne !

Posté par paysanheureux à 22:17 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

25 juillet 2016

curiosité "génisse"

Ce soir, en terminant de rentrer les bottes du rocher, les génisses se sont approchées pour venir observer ce que je faisais...

génisses-curieuses

Un instant plus tard, elles étaient une dizaine à me surveiller, toutes alignées derrière la clôture. Pour cause de poussière, j'avais rangé l'APN. Dommage, c'était sympa.

Je n'arriverai pas à rentrer toutes les bottes avant la moisson. J'en ai pour plusieurs journées complètes, à raison d'une bonne dizaine d'heures de tracteur par journée de soleil, en sus des soins aux animaux... Avec la paille, les deux prochaines semaines seront remplies...

Posté par paysanheureux à 21:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

23 juillet 2016

Les voltigeurs

Un isolateur d'un poteau haute tension, était cassé. Il devait être réparé l'année dernière mais les travaux programmés ont été annulé car j'étais à l'hopital... J'ai reçu un appel téléphonique en pleine après midi de foin. "Pouvons nous intervenir chez vous demain après midi ? Nous sommes dans le coin..." "D'acccord, téléphonez moi un quart d'heure avant d'arriver pour que je vous guide.." 

haute-tension-5

Le lendemain, tout s'est déroulé comme annoncé. Pour pouvoir laisser le camion sur la ferme, la nuit, ils l'ont reculé dans le pré. Ensuite, je les ai laissé faire leur travail. La ligne est sous une tension de 60000 volts, Elle alimente, avec d'autres lignes, le poste de Gueugnon. Ces voltigeurs travaillent sous tension.

haute-tension-1

haute-tension-3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'isolateur est constitué de  "porcelaines" dont l'une était cassée ! Quand j'ai posé la question sur la cause de cette casse, la réponse a été "la foudre !" Il y a parfois des coups de tonnerre qui paraissent si proches qu'on a l'impression que cela va mettre le feu dans la ferme, sans qu'on  trouve le point d'impact. En voici donc un. Pour le changer, ils suspendent le fil, puis démontent l'élément cassé et le remplacent. Tout cela avec 60000 volts dans le fil et à au moins 12 m de haut....

                              haute-tension-2

Pour accéder à n'importe que poteau, ils ont un petit chenillard... Ils ont terminé le lendemain matin. 

 

haute-tension-4

 

Voilà un le second chantier EDF de ce mois. 

Posté par paysanheureux à 21:46 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

19 juillet 2016

clôture

Hier soir, j'ai terminé les foins. Du moins, la partie délicate, celle qui exige du beau temps. Tout est donc pressé. La densité du foin, énorme cette année, l'humidité au début juillet, me conduise à être patient avant de rentrer les bottes. Le risque d'une fermentation très importante, donc de surchauffe, est réel ! Je commencerai donc cette fin de semaine seulement à rentrer et empiler les bottes.

grand-patié

Les moissons devraient suivre très vite. Je serai donc encore sur le pont pendant un bon moment. Car tout va s'enchainer...

Posté par paysanheureux à 20:30 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :