Hier, j'ai fait près de 800 km en kangoo !

PH fils emménage à Paris pour son travail. Je suis heureux qu'il ait trouvé un job qui lui plaise. Fier également, même s'il ne sera pas paysan. On dit que les jeunes nous poussent. C'est le cas pour moi, indirectement. Mes enfants me font imaginer l'élevage de demain, permettant par de nouvelles techniques,  de préserver un mode de production naturel !

J'appréhendais l'exercice d'hier. Conduire dans Paris, avec sa voiture est déjà sportif. Conduire avec un utilitaire me faisait peur. Celui-ci n'avait pas de GPS, nous avons donc utilisé "MAP" sur nos portables. C'est très performant, on changeait même de rue en fonction des encombrements. Donc, PH fils co-pilotait pendant que je conduisais...

Je n'ai pas été déçu du voyage. C'est hard ! Nous sommes arrivés vers 11 h 30. Il y avait des camions de livraison dans tous les sens. Impossible de ne pas emprunter des couloirs de bus pour les dépasser. Au final, ironie du sort, notre rue était bloquée par un camion, de déménagement !!!!

Après son départ, nous avons déchargé rapidement grâce à 2 jeunes solides ! Puis je suis reparti de suite. A nouveau, la folie parisienne. Des vélos ou motos qui doublent à gauche, à droite, sans respecter aucune règle... Il y a même une blonde en smart qui m'a doublé par la droite en empruntant une piste cyclable. Pour finalement se retrouver coincée juste devant et bloquer la piste un bon quart d''heure. Le pire, c'est la bêtise de certains qui klaxonnent pour rien. Par exemple, la rue était bloquée, loin devant. Et bien derrière, il s'est mis à klaxonner comme un marteau. Un moment après, le même a recommencé parce que celui qui était devant lui n'avait pas redémarré dans la seconde du feu vert alors que la rue était encore bloquée devant. J'avais plus qu'envie de fuir cet enfer et ce stress permanent. Je rêvais de retrouver mon C15 et le chemin du bois, sa paix et sa tranquillité...

chemin-du-bois

J'ai déposé PH fils le long du canal saint Martin et je m'en suis sorti comme un grand pour retrouver l'A6, sans GPS, ni aide. Quoique fatigué, j'ai éprouvé un immense soulagement en retrouvant les stabulations le soir. Je ne pourrai pas vivre à Paris. Quelle idée d'empiler des millions de gens sur si peu d'espace ! Pas étonnant que les comportements soient si agressifs et individuels. L'instinct animal ressort pour tenter de passer devant les autres, comme si les gens étaient en compétition permanente les uns contre les autres. Nos campagnes sont un paradis !