J'ai laissé la caméra tourner toute la partie "tracteur" du pansage du matin. Je me suis rendu compte que, sans m'en rendre compte, je raconte beaucoup de choses, sans trame définie à l'avance. Il serait trop long de les mettre en ligne en l'état sauf les deux dernières... En voici une des deux qui explique ce que m'ont inspiré les matériels utilisés. Je vous accorde que ce n'est pas très réfléchi mais c'est sur le fil de l'actualité du moment.

Hier soir, je suis rentré de réunion sous la neige. J'avais prévu de rentrer les 7 laitonnes qui restaient au pré. Il m'a fallu le faire aux phares du tracteur.Cela s'est bien passé, même si elles n'avaient pas vraiment envie d'être enfermées. Par contre, mésaventure, mon téléphone est tombé de ma poche. Comme il neigeait, j'ai refait deux fois les trajets à pied avec une lampe torche sans le retrouver. J'ai recommencé ce matin, en demandant à Mme PH de le faire sonner. Comme il était en vibreur, j'espérais le voir s'allumer. Mais avec les dix centimètres de neige, j'ai fait chou blanc... Idem en fin de matinée, par contre, avec la fonte en milieu d'après midi, je l'ai retrouvé...

J'ai mesuré pendant ces quelques heures ma dépendance à la téléphonie mobile. D'abord, être joignable est très rassurant pour les proches qui se sont bien demandés ce qui se passait. De plus, j'ai été très stressé par le fait de ne plus être joignable au titre de mes responsabilités communales. Pour couronner le tout, je devais, suite à la météo, confirmer des rendez vous sur la ferme. De plus, j'ai mes notes sur l'appareil, le répertoire des numéros et mon agenda...

Dernier dommage, c'est avec mon smartphone que je peux piloter le drone. Vers midi, le soleil s'est levé sur le spectacle magnifique du paysage noyé sous la neige et je n'ai pas pu le faire voler et saisir la beauté de l'instant !

Tout ceci m'a tellement perturbé que la nuit a été quasi blanche !  Ce soir, je suis harassé...