Bon, vous allez sourire ! Mais une idée me trotte dans la tête depuis plusieurs années.  Comment communiquer sur ma ferme avec les promeneurs et autres VVTistes ?

Bien sûr, il pourrait y avoir la rencontre le long du chemin. Mais je ne peux pas être en permanence disponible pour causer. Les rencontres en tracteur sont plus complexes. Il arrive parfois que les vélos s'engagent alors que je le suis déjà avec mes engins ! Pour eux, je dois me pousser ce qui est souvent impossible avec les outils attelés ou les remorques chargées. J'ai rencaissé les bandes de roulement pas les accotements et je n'ai pas envie de les labourer. Car après, ils sont impossibles à broyer et puis ça fait moche alors que j'essaye de les garder chouettes. Donc, en tracteur pas de dialogue vraiment possible. 

chemin-tour-du-soir

Comment faire passer des messages ?

J'ai commencé de poser des petites plaques sur les barrières donnant le nom des parcelles. L'idée est simple. Sur le territoire de la ferme, chaque parcelle a un nom ! Ils datent sans doute des moines pour certains. C'était très pratique quand nous travaillions à plusieurs. Va faire ceci dans l'ouche X, je laboure le champ Y. Les vaches se sont sauvées du pré Z en faisant un trou dans la haie avec le pré W... Pas besoin de plan, de descriptions, tout était situé en quelques mots.

Bien sûr, je garde la mémoire de tout cela mais je ne la partage plus ou exceptionnellement. Les entrepreneurs qui interviennent ne le font que si occasionnellement, qu'ils ne peuvent retenir. Je me suis donc dit que le long du GR, ce serait pas mal de nommer chaque parcelle en l'indiquant sur les barrières. Bien sûr, peu de gens le verront car il y a très peu de promeneurs. Les VVT peut être plus, mais beaucoup se croient en train de faire une "perf" et le contexte ne les intéresse pas. Je ne parle pas des motos ou autres 4*4, eux ne voient rien car ils vont trop vite... Tant pis si c'est pour peu de personnes ! Je n'ai encore jamais eu de remarques sur le sujet. Pourtant, je voudrais tant que le vrai promeneur comprenne qu'il traverse une ferme, c'est à dire un territoire identifié et géré. 

ouche-du-bois

J'ai presque fini de poser les plaques. Cela est plus long que prévu ! Il faut souder les supports, sur place donc avec un groupe électrogène. Puis repeindre entièrement les barrières. Dans de nombreux cas, je profite de ces changements pour remonter les barrières que j'avais fixé trop bas et qui touchent souvent. J'en profite pour tenter une autre chose. Je peins chaque barrière différemment pour les personnaliser. Oui, j'essaye de customiser en fonction du lieu. Et là, cela devient plus complexe. Pour le moment, le passant notera juste que celles qui sont repeintes le sont de couleurs différentes sans plus. En fait je n'ai pas eu le temps encore de mettre en place les déco. qu'il faut que je réalise auparavant alors que je ne sais pas encore comment... Donc, pour le moment, il y a juste le fond. Sauf pour une, dont je vous laisse deviner la situation et le pourquoi de la tentative de thème. Je dois trouver une solution pour le rayonnement du soleil. Peindre sur de la ferraille n'est pas facile, surtout quand le support n'est pas plein... Ce ne peut donc n'être qu'une suggestion ! 

barrière-soleil-levant

Une fois les barrières peintes ou décorées, j'ai au moins deux ou trois autres projets pour agrémenter une ballade. Mais là, le coût n'est plus le même et ce n'est pas la priorité du moment. Depuis que j'ai commencé, je me suis rendu compte que je devrais me créer un petit logo au nom de la ferme, à poser sur toutes les barrières, y compris le long de la route. Ce sera sans doute la prochaine étape. Ainsi, chaque parcelle pourra être reliée à la ferme...

Après tout, pourquoi ne serions nous pas fiers de notre façon de gérer notre paysage ?

paysage