Douche froide ce matin ! Non, il n'a pas plu. La sécheresse perdure, les 21 mm du week-end du 7 octobre ont été balayé par un vent violent le week-end dernier où la pluie annoncée n'est jamais arrivée alors que l'Aude subissait un déluge destructeur...

Non la douche est financière et morale. Comme tous les paysans, j'attendais l'accompte du 15 octobre avec impatience. Depuis des années, il arrive et là... Il n'arrive pas !

Mr travert avait pourtant promis que 90% des primes seraient versés à cette date, c'est même la seule mesure nationale qui ait été prise pour la sécheresse ! Donc, j'y ai cru même si j'ai dénoncé le principe de présenter un versement régulier comme exceptionnel ! Déjà, mercredi soir, en réunion avec des agriculteurs, il y avait visiblement de l'eau dans le gaz. Certains avaient touché une partie  seulement, d'autres rien. On se disait que les virements se faisaient sur plusieurs lignes... L'explication était que tout dépendait des dates de dépôt d'une des primes. Hier, j'ai eu d'autres échos et finalement, ce matin, j'ai voulu en avoir le coeur net. Rien sur mon compte.

Inquiet, j'ai appelé la DDT. Une dame m'a renseigné, "le virement devrait être parti, vous devriez l'avoir dans quelques jours". J'ai été un peu rassuré et je lui ai expliqué que nous avons toujours peur d'avoir omis une petite case sur les déclarations qui se font uniquement sur Internet, ce qui invaliderait le dossier. Je lui ai rappelé les engagements ministériels auxquels elle m'a répondu, j'ai loupé la petite ligne, qu'il est précisé que c'est "à partir du 15 octobre..." J'ai demandé le montant et là, énorme surprise; cela représente 60% seulement de la somme touchée le 15 octobre 2017 ! Oui, la mesure exceptionnelle est moins exceptionnelle que celle de l'année dernière!!!  "Le reste arrivera le 15 décembre, si...!"

Là, je dis bravo Mr le ministre. Je comprends que vous ayez quitté votre ministère avec le sourire. Parce qu'ici, je me demande comment vous auriez été encore crédible ? Imaginez un instant, une sécheresse dramatiquement longue qui compromet définitivement toute chance d'avoir un brin d'herbe avant le mois d'avril 2019 ! Imaginez une spéculation honteuse des vendeurs de paille qui misent sur une vente en hiver à un prix à plus du double de celui de l'année dernière. Imaginez des cours du bétail maigre (vaches), les catégories qui permettent de desserrer l'étau des animaux en trop, en chute libre... Imaginez la difficulté à mettre en place les cultures de l'année prochaine ce qui hypothèque les prochaines récoltes. Imaginez les trésoreries exsangues après plusieurs années de crise bovine.  Et au final, les aides habituelles, qui concernent les récoltes 2017 ( pas celles de 2018) arrivent plus tard que l'année dernière.

Comment voulez vous qu'on ne soit pas inquiets et furieux contre les fausses promesses ?

Je vous rassure, je suis resté très calme et poli avec la personne de la DDT. Elle m'a simplement dit que le téléphone n'arrêtait pas, le numéro doit être le plus demandé du département depuis 3 jours ! Je me suis mis à sa place et je l'ai remercié de sa courtoisie.

Je me demande pourquoi nous sommes si méprisés. Franchement, quelle faute de communication ministérielle majeure ! Pire, quelle faute de gestion de crise ! On nous prend vraiment pour des c... Quand à notre nouveau ministre, il est allé tranquillement dans un lycée agricole aujourd'hui, chez lui pour être tranquille. En matière de communication, ça fait bien. Sans doute vaut il mieux qu'il évite les régions qui souffrent de la sécheresse pour le moment, 62 départements tout de même. Mais le petit jeu du chat et de la souris aura vite ses limites. Sans mesures concrètes et rapides, sa crédibilité sera vite anéantie et il n'aura plus grand monde à rencontrer l'année prochaine !

vaches chaume